Carabinauxfourneaux.fr » Ma cave » Vin rosé : lequel choisir ?

Vin rosé : lequel choisir ?

Enivrez vous ! Si ce n’est d’amour faites-le de vin ! c’est ainsi qu’écrivait Baudelaire il y a déjà plus d’un siècle. Le vin a toujours été une chose importante dans toutes les cultures, son origine remonte probablement plus loin que le néolithique.

De nos jours, il y a même des gens qui font du vin leur métier, que cela soit en le produisant, mais aussi et surtout en le goûtant. Les goutteurs de vin s’appellent les sommeliers, et c’est grâce à eux que l’on peut cerner et exprimer la personnalité d’un vin.

Ceci dit, si le mot vin évoque en général le vin de couleur rouge, il se trouve qu’il en a en tout trois couleur, ce qui fait trois saveurs de vin, toutes différentes. Le rouge, le blanc et le rosé, et c’est au vin rosé qu’on s’intéresse aujourd’hui.

Qu’est-ce que c’est que le vin rosé ?

Parfait pour accompagner nos repas légers, le vin rosé, malgré qu’il soit moins prisé ou connu que le vin rouge, n’en est pas d’une moindre importance dans notre vie et dans notre culture gastronomique. Contrairement à ce que l’on peut penser, le vin rosé est le type de vin le plus ancien que l’humanité ait connu, son origine remonte à 8000 ans dans le passé, et nous vient très probablement du proche orient.

Ce qui caractérise le vin rosé est bien sûr sa couleur, celle-ci est obtenue grâce à la peau des raisins noirs, ce sont ces peaux là qui agissent sur le liquide et lui confère sa teinte rosâtre. Le processus de fabrication du vin rosé se base donc en grande partie sur ce principe, mais pour le fabriquer, ce n’est pas tout le monde qui adopte la même méthode.

Comment fabrique-t-on du vin rosé ?

La fabrication du vin rosé est tout un savoir-faire, entre l’obtention de la couleur voulue et les arômes que l’on cultive ou l’on rajoute, ce métier relève souvent du domaine de l’ésotérique pour le commun des mortels, mais voilà, pour simplifier, on va essayer de plonger un peu dans quelques secrets de fabrication du vin rosé :

  • La première méthode que nous allons voir est celle qui fait qu’on le fabrique comme du vin blanc, c’est-à-dire par le foulage puis le pressurage des grains de raisin, pour ensuite les laisser un laps de temps avec leurs jus pour obtenir une légère coloration.
  • La deuxième méthode consiste à le fabriquer comme du vin rouge, ainsi on va procéder à la macération des grains dans une cuve pour le pressurage, mais bien sûr moins longtemps pour que ça ne colore pas trop.
  • On ne mélange le vin blanc et le vin rouge que pour la fabrication du champagne rosé.